10.4.08

Mganga ! The primitive sounds of Tak Shindo


Je vous parlais la semaine dernière des statues africaines, du sorcier, le nganga, spécialiste des rituels d'agression ou de protection. Ce n'était pas de la blague. La preuve ! Le voici derrière un beau masque coloré, transposé en Mganga !, sous les arrangements luxuriants et les instruments (venus du monde entier) du maître japonais Tak Shindo. La pochette en clair obscur est censée insuffler le mystère de l'envoûtement de ces "primitifs", lointains ancêtres des afro-américains que la société WASP des années 50 ignore et discrimine encore. Face à ces diableries païennes, on imagine que la ménagère frissonne, un peu comme dans la pochette de Tabù (voir plus bas), où le regard embrumé de la sophisticated lady en dit long sur le fantasme d'être mangée toute crue. Je digresse. Donc Mganga, ce n'est pas un enregistrement de musiques traditionnelles de chez Ocora (vous l'aurez compris), mais un bon cru d'exotica, un joli vin de palme filtré, qui a le mérite de ne pas présenter d'énièmes ré-interprétations de standards. Cliquez sur le titre pour accéder au lien, chez Xtabays World (Merci).

2 commentaires:

Véa a dit…

Merci beaucoup. Et les cris d'alouate ou autres singes hurleurs des souches primitives via Les Baxter/Lyman m'ont, personnellement, toujours été pur bonheur.
http://www.youtube.com/watch?v=wsAuxXdhy_M

losfeld a dit…

J'adore les pochettes d'exotica. Celle de Tabu me sert d'avatar msn depuis plus d'un an. Je m'empresse d'aller écouter Mganga, merci!