15.1.07

Luke Rhinehart - L'homme-dé


Brûlot de la pensée libertaire et de la contre-culture américaine des années 70, où comment un psychiatre s'approprie le projet de déprogrammer les habitudes de l'homme, ce roman met en scène l'auteur-protagoniste, sous le pseudo Luke Rhinehart, en psy bourgeois, post-trentenaire, mari heureux et père de famille comblé mais enlisé doucement dans un train-train annonciateur de crise. Jusqu'au jour où il découvre qu'il peut, d'un coup de dés, comme à pile ou face, faire d'autres choix ; sortir de ses habitudes de vie, déterminations personnelles asservies par les différentes instances du moi ; et décider d'être un "autre", l'espace d'un épisode de vie où sort le 6 (je descends séduire la voisine femme de mon collègue psychiatre et que je désire confusément depuis longtemps), ou le 5 (je ne fais rien) ou le 4 (je retourne à la maison auprès de ma femme) ou le 3 (je casse la figure à son mari, que je hais confusément)... le dé tombe, tranche et le héros accomplit sa dé-cision. Luke Rhinehart élabore une théorie, croit avoir trouvé rien moins que le remède à la "rigidité cadavérique" du moi, le sésame ouvrant la porte des personnalités multiples, enfin le souffle de la vie et de l'inconnu, l'effondrement de la prévisibilité et je peux vous dire qu'il donne une furieuse envie de le suivre. S'adonnant à la dé-cision de façon de plus en plus compulsive, il se trouve emporté dans le torrent tumultueux des perturbations relationnelles et comportementales qu'on imagine aisément et dont la narration est un vrai régal. Expériences sexuelles atypiques sous couvert scientifique, comportements loufoques et incompréhensibles à tous ceux qui ignorent le système à la base de ces choix, Rhinehart écrit un livre culte, scintillant, chambre d'écho fictionnelle des courants subversifs de la fin des années soixante, peu au goût du FBI et des institutions américaines. Libération sexuelle, opposition à la guerre du vietnam, c'est aussi l'époque d'une beat generation éprise d'expériences lysergiques et des aventures intérieures de Castaneda avec son nagual Don Juan, qui fait voler en éclat le miroir de l'auto-satisfaction et de l'habitude. "Cette farce anarchiste transforme en effet son lecteur en disciple d'un "Livre du Dé" imaginaire."

Luke Rhinehart, L'homme-dé, Editions de l'Olivier, 1998, 742 pp., accessible ici

"The Dice Man" is a dark comedy, violent and hilarious at the same time; an upbeat precursor to the much grimmer "American Psycho" (1991) by Bret Easton Ellis, and the similarly satirical "The Elementary Particles" (1998) by the French author Michel Houellebecq. With a light touch and in mischievously entertaining fashion, the book plays with the fundamentals of the way we understand ourselves: rationality, identity, reality; in sum, all the ways in which we construct coherence from chance, or something from nothing.

Luke Rhinehart, the author (in fact, the real author's pseudonym) and narrator of the book, is the ultimate unreliable narrator. Luke's actions are largely dictated by chance. He writes down alternative actions and then tosses dice to determine which action to take. The result, he claims, is freedom to live different sides of his personality. As an author, for example, he lets the dice decide what he should write in his fictional autobiography with the title "The Dice Man" and what not; and the dice decide when he should lie and when not. Consequently, he announces on page one that he is the author of "the lovely first-rate pornographic novel, Naked Before the World" only to reveal much later in the book that the dice ordered him not to write about this piece of fiction in "The Dice Man." Too bad, dear reader.
The book works not only as a send-up of the psychoanalytic profession and the counter-culture of the late 1960s, it also succeeds at creating its own twisted reality - as attested by all the readers who felt that their view of the world had been profoundly changed by this novel.
It is ironic that "The Dice Man" has a cult following while the book makes fun of the cult of Dice Living created by the fictional Luke Rhinehart. In a sense the cult following includes the real author himself who produced a couple of sequels to this book.
In sum, "The Dice Man" is recommended for readers who are willing to suspend the sense of their own importance for the sake of enjoying a fictional world, and to tolerate an alien system of morality for the time it takes to read this original and amusing satire.


2 commentaires:

hideo a dit…

excellent blog! (the "Swami" sent me) you can bet I'll be checking back (and working my way through your old posts)

thanks!!!

Anonyme a dit…

merci pour ce conseil de lecture.. je l'ai acheté aujourd'hui. Bravo pour votre blog. On y trouve ce qui est rare et précieux et sort de "l'ordinaire" et c'est la raison pour laquelle je le visite souvent.
P.S.j'ai adoré la musique de "bedazzled " .