4.2.08

Michel Bernanos - La montagne morte de la vie


Quarante ans après la publication, en 1967, de La montagne morte de la vie, l’un des chefs-d’œuvre de la littérature fantastique contemporaine, Michel Bernanos, poète et romancier, dévoré comme son père par la passion de l’écriture, demeure encore méconnu.
En un récit assez court, d'à peine 130 pages, Michel Bernanos nous ravit dans une aventure surréelle, créant rapidement l'identification du lecteur au narrateur, moussaillon inexpérimenté, qui devra sa survie à la protection d'un cuistot avisé. Bernanos exploite avec talent toute la gamme narrative du fantastique, ballottant nos deux héros de Charybde (les cannibaleries d'un galion en perdition) en Scylla (la Robinsonnade inquiétante dans un monde étrange, au soleil de sang, sur une île mystérieuse, couverte d'arbres flexibles, de fleurs carnivores...) ; le tout - je précise - avec le style réaliste des récits de découverte, qui ne laisse pas voir l'horreur de la condition des protagonistes, sans parler de leur découverte ultime....
Peut-être Bernanos a-t-il lu les romans fantastiques de son aîné William H.Hodgson, auteur anglais du tout début du XXème siècle (à peine plus connu), qui excellait lui aussi dans les histoires d'épouvante flibustière et de terres étranges, car "La Montagne morte de la vie" rappelle lointainement l'univers narratif de "Les canots du Glen Carrig."

10 commentaires:

losfeld a dit…

Tu m'as intrigué... me reste plus qu'à rajouter ce livre à ma liste de recherche chez les bouquinistes...

Bannister a dit…

Bon sang, moi aussi! Je vais me le payer!

En retour, je te conseille, si tu ne l'as déjà fait, de lire Le Grand Dieu Pan d'Arthur MACHEN, traduit par Pierre Jean Toulet et qui pose la question de l'indicible et de l'origine de manière terrifiante. Si cela te plait tu trouveras l'original du texte sur le Gütenberg Projet.

-oo- a dit…

Un de mes livres préférés !
Dans la famille Daumal, Poe, Peake... et leurs récits de voyages hallucinés.
Dans la même collection de poche on trouve "la maison au bord du monde" de W H Hodgson.
Je trouvais ces couvertures très moches, mais les auteurs choisis très bons.
La quasi intégralité des récits étranges de Michel Bernanos a été éditée à la "Table ronde" je crois, et aussi en partie au "Castor Astral".
Qu'on se le dise !


vasco

Martian Shaker a dit…

Bonjour Vasco...
Tu réponds à Bannister (Le grand dieu Pan) ou au post sur Bernanos, quand tu dis que c'est un de tes livres préférés ?
Sinon merci pour tes indications, je vais essayer de trouver d'autres textes de Bernanos et en lire d'autres de Hodgson, aussi, dont j'ai vu plusieurs récits réédités depuis peu chez Terre de Brume.

-oo- a dit…

Martian, je parlais de Bernanos dont tout ce que j'ai lu m'a impressionné ("la montagne morte..." et le recueil "la forêt complice")
Je ne garde pas un souvenir aussi frais de Machen dont la lecture ne m'avait pas captivé, mais je relierai.

Je reviendrai aussi, car ton blog que je découvre me semble riche "comme j'aime".

vasco

-oo- a dit…

Je le relirai bien sûr, et également "La pyramide de feu" dans sa belle jaquette de la collection des auteurs "Borges": la Bibliothèque de Babel des editions Franco Maria Ricci.
Que du bon.

vasco

joaquim a dit…

La montagne morte de la vie est un de mes plus grands souvenirs littéraires. Je l'ai lu quand j'avais 12 ans et certains passages sontencore très présents en moi. Il vient d'être réédité à la table ronde (la petite vermillon) et je conseille à tout le monde de se le procurer au plus vite. Un texte phare de la littérature fantastique.

Joaquim
http://intruslelivre.blogspot.com/

losfeld a dit…

Je viens de terminer la lecture de ce livre dans sa réédition à la Petite vermillon. Et ce fut vraiment une révélation... A vrai dire j'avais oublié que tu avais fait un post sur ce livre et c'est en cherchant des infos sur le net que je suis retombé sur ton post, comme quoi le monde est petit (surtout dans mon cerveau). En tout cas merci pour ton post que j'ai relu et qui m'avait donné envie malgé mon oubli... Il faudrait que je note tout...
Bon maintenant je vais essayer de trouver ses livres parus au Fleuve noir dans la collection Angoisse...

Martian Shaker a dit…

Coïncidence : tu retrouves ici Bernanos et j'entame prochainement un livre de la collection Angoisse, qui m'attend au dessus d'une pile dans ma bibliothèque : "La nuit du minotaure" de Marc Agapit : un grand cru fantastique d'après J P Andrevon et les chineurs littéraires du prix Nocturne.

losfeld a dit…

Il doit être bien celui-là en effet, tu nous diras!