25.8.08

Jean Galmot - Quelle étrange histoire


Le Serpent à Plumes a réédité en 1995 deux des rares livres de Jean Galmot (celui ci-dessus et Un mort vivait parmi nous), ce voyageur, journaliste, homme d'affaires et politique, - écrivain à ses heures - né le 2 juin 1879 à Monpazier (Dordogne) et mort à Cayenne (Guyane) le 6 août 1928. Il s'était fait connaître en Guyane française en 1906 avec le titre de propriété d'une mine d'or,
"le Placer Elysée, non loin de Mana, où il fit fortune grâce à l'aide des Guyanais. Il se fait mal voir des autres notables, car il associe davantage le petit peuple guyanais et lui garantit des prix d'achats (or et bois de rose en particulier) proches des cours mondiaux. Il achète une plantation afin de produire du rhum et organise une collecte de la production des petits producteurs.
Élu député de la Guyane en 1919, il est impliqué pour escroquerie dans "l'Affaire des rhums" après que son immunité parlementaire ait été levée au second examen de la demande. Arrêté en avril 1921 il est emprisonné à la Santé pendant neuf mois. Au terme d'un procès à rebondissements, en 1923, il est condamné à un an de prison avec sursis. Alors qu'il se représente aux élections en Guyane et que des émeutes éclatent à Cayenne, il meurt brusquement le 6 août 1928. Le bruit court qu'il a été empoisonné. Le procès des émeutiers de Cayenne, en 1934, établira qu'il n'en est rien.(...)
Son caractère romanesque a fasciné des écrivains comme Blaise Cendrars qui le compare à Don Quichotte et a séjourné à Monpazier, le village natal de Galmot, pour écrire sa biographie dans Rhum - L'aventure de Jean Galmot (1930). Louis Chadourne (1890-1925), qui fut son secrétaire, l'avait déjà évoqué dans Le Pot au noir (1922) et il s'était inspiré de lui pour écrire son roman Terre de Chanaan (1921)."Wikipédia
Encore un personnage à rajouter à ma galerie des artistes aventuriers méconnus, et pas que pour son charme sulfureux et sa vie mouvementée. C'est aussi que Jean Galmot écrit très bien. Il a l'élégance des auteurs classiques, en même temps qu'une manière narrative un peu décalée, déconstruite, qui s'inscrit dans une certaine modernité littéraire, tout en images et fulgurances visuelles qu'on pourrait comparer à une version prosaïque et romanesque des grands poèmes de Saint-John Perse qui viendront, 50 ans plus tard, exalter avec une tonalité lyrique et encore plus majestueuse, la nature des tropiques (Antilles) et les moeurs de ses communautés.
Quelle étrange histoire est un admirable récit à la gloire de la mer et de la jungle guyanaise. L'Océan, avec l'acre senteur de ses embruns, le vent qui souffle du large et ses houles profondes, palpite dans le texte de Jean Galmot, de même que la forêt équatoriale guyanaise, avec les parfums énervants de ses orchidées géantes, avec les mirages, les hallucinations de ses villes chimériques.

4 commentaires:

losfeld a dit…

Demain je regarderai si on a ça derrière les fagots au boulot, ça m'a l'air bien bien bien.

Martian Shaker a dit…

J'avais un bel extrait sous la main (qui donnait envie de repartir en vacances, rêver sous les palétuviers ou plonger dans une de ces superbes cascades au coeur de la Guyane - qui font mentir l'image des eaux boueuses du Maroni) mais mon scanner vient de me lâcher définitivement...

losfeld a dit…

Boarf, y'a toujours des malheurs au retour de vacances, moi c'est mon écran qui avait lâché le jour de mon retour... Fatalitas!

Minie a dit…

Je vais essayer de trouver ça, l'histoire de "Papa Galmot" m'avait interréssée il y a bien longtemps... entre autres au travers du livre de Blaise Cendrars.